Une heure avant la mort de mon frère

bandes-annonces bord cadre, contemporains, théâtre, théâtre du Détour

Diffusez la vidéo de ce spectacle

Après des années de séparation, Sally rend une ultime visite à son frère. Un lien tourmenté mêlé de tendresse, d’angoisse et de rancœur unit ces deux êtres qui portent au plus profond d’eux-mêmes les stigmates d’une enfance brisée. Il reste une heure à Sally et Martin pour parler, se souvenir, se haïr et s’aimer encore un peu plus.

Je veux que les personnages de mes pièces hissent leur âme à la surface de leur peau. Je veux que leur vie intérieure naisse et soit portée dans chaque geste, dans chaque parole et dans chaque silence.
Daniel Keene

Dates

  • 06/11/2014 au 06/11/2014 / 28500 Vernouillet / L'Atelier à spectacle (scène conventionnée)
  • 21/11/2014 au 21/11/2014 / 44800 Saint Herblain / L'Onyx La Carrière (scène conventionnée)
  • 04/07/2015 au 26/07/2015 / 84000 Avignon / Théâtre GiraSole (Festival Avignon 2015) / Site / Tél : 04 90 89 82 63 / 04 90 82 74 42
  • 15/10/2015 au 15/10/2015 / 41000 Vendôme / L'Hectare (Scène conventionnée) / Site / Tél : 02 54 89 44 00

+ d'infos

Note d’intention (extrait)

 

Une heure avant la mort de mon frère, c’est d’abord une histoire d’amour entre un frère et une sœur. Une histoire d’amour impossible. Interdite. La pièce raconte le souvenir, par bribes, de leur passé commun lorsqu’ils étaient enfants et qu’ils vivaient ensemble au foyer de leurs parents. Chacun découvre la version de l’autre, ses perceptions, ses doutes, ses peurs, sa solitude.

 

Même si Martin va être exécuté dans une heure, il ne s’agit pas ici d’une dénonciation de la peine de mort mais d’induire un rapport particulier au temps, une certitude quant à une fin prochaine. À travers ces souvenirs qui se répondent et s’entrechoquent ou ceux qu’ils revivent devant nous, c’est non seulement la complexité des rapports humains qui est interrogée mais aussi celle du rapport à la réalité et aux illusions que l’on se crée pour surmonter cette dernière.

 

Ils s’aimaient – ils s’aiment – ils se haïssent – ils se violentent.

 

Pour l’esprit, la parole est là : celle de Daniel Keene. Grace à l’extrême précision de son écriture, Daniel Keene matérialise des figures contemporaines d’une densité incroyable, leur donnant une dignité à la hauteur des grands personnages tragiques. Cette langue évoque, effleure, survole, répète, surfe, vole, glisse, échappe. Et aussitôt, c’est toute la complexité de l’humanité qui nous est révélée, avec ses aspirations divines, ses vanités absurdes et ses violences obscènes.

 

Pour le corps, la danse sera l’alphabet. Pour dire ce qui ne peut pas être dit. Il nous faudra inventer un langage gestuel, dansé, pour évoquer les joies, les haines, les souffrances, bref les sentiments.

 

Il faudra un espace intime. Celui de la prison et du parloir. Le lieu du présent, froid et tranchant, avec sa table et ses deux chaises. Celui du compte à rebours implacable et inexorable. Et puis, il faudra un espace ouvert sur le monde. Celui du souvenir, du passé. Cet espace sera évoqué par l’image et la vidéo. Une image de l’extérieur à la fois poétique et métaphorique. Comme rêvée…

 

 Danse, musique, image, espace : éléments constitutifs de la représentation, du spectacle en train de s’élaborer, pour prendre de la distance avec l’histoire elle-même en train de se construire. 

 

Antoine Marneur

Liste artistique

  • Auteur Daniel keene (Lansman éditeur)
    • Mise en scène Antoine Marneur
      • Traduction(s) Séverine Magois
        • Scénographie Garance Marneur
          • Création graphique Garance Marneur
            • Création des lumières Baptiste Rilliet
              • Création des costumes Anne Bothuon
                • Création vidéo Nicolas Maisse
                  • Chorégraphie Cécile Loyer
                    • Création sonore Nicolas Rocher

Interprète(s)

Interprètes

  • Sophie Neveu Sally
  • Francis Ressort Martin

Liste Technique

Régie générale Baptiste Rilliet / Régie lumières Baptiste Rilliet / Régie vidéo Thibaut Campagne et Nicolas Maisse / Administration de production Anne Arbouch / Crédit photos Nicolas Franchot

Production

Théâtre du Détour

Anne Arbouch

06 63 45 89 19
Courriel  -  Site internet

Chargé(e) de diff

En votre compagnie

Olivier Talpaert

06 77 32 50 50
Courriel  -  Site internet

Partenaires

Production Théâtre du Détour. Coproduction et accueil en résidence : TDC Théâtre de Chartres et L’Atelier à Spectacle - Scène conventionnée de l’Agglo du Pays de Dreux pour l’accompagnement artistique (Vernouillet-28). Le Théâtre du Détour est conventionné par la Ville de Chartres, le Conseil Général d’Eure-et-Loir et bénéficie du soutien de la DRAC Centre et du Conseil Régional du Centre. Avec le soutien du Crédit Agricole Val de France.

Presse

  • Une belle richesse de jeu.L’adaptation et la mise en scène d’Antoine Marneur sont efficaces. La richesse de l’écriture de Daniel Keene offre une très belle palette de jeu aux deux comédiens dans ce compte à rebours vers la séparation définitive. Ils sont remarquables.
    Sceneweb.fr (Stéphane Capron / France Inter)
  • La mise en scène d’Antoine Marneur joue sur la corde sensible que l’interprétation très tendue, nerveuse, de chacun des comédiens, parvient à maintenir. Le jeu à fleur de peau de Sophie Neveu et Francis Ressort est impressionnant.
    Le journal du dimanche (Annie Chénieux)
  • Un remarquable travail d’ensemble, qui touche droit au cœur.
    Plusdeoff.com (Walter Géhin)
  • Un très beau texte de Daniel Keene, porté par d’excellents acteurs, Sophie Neveu et Francis Ressort ; ils s’affrontent, se déchirent, dansent, se battent, s’enlacent, s’aiment. Petit à petit, les langues se délient, le passé resurgit. Un spectacle très fort qui laisse une impression durable.
    La Provence (Marie-Claude Bretagnolle)
  • La mise en scène d’Antoine Marneur se tient au plus près du texte qu’il sert avec beaucoup de doigté.
    Webtheatre.fr (Corinne Denailles)
  • Sophie Neveu est déchirante. Face à elle, Francis Ressort fait corps avec son personnage. Un face à face bouleversant !
    Vaucluse matin (Marie-Félicia Alibert)
  • Antoine Marneur met à nouveau en scène l’auteur australien Daniel Keene. Avec deux comédiens exceptionnels servis par une scénographie inventive, Une heure avant la mort de mon frère est une des créations obligées d’Avignon Off.
    Naja21.com (Véronique Giraud)
  • Enorme claque. Un moment de théâtre intense et riche, à voir assurément. ****
    Etoffedessonges.com




Comments are closed.

Accès Abonnés


 

 

bordcadreakiprod