Rhinocéros, la nouvelle

2011 - Avignon, captations bord cadre, classiques, Sea Art, théâtre

Diffusez la vidéo de ce spectacle

De son vrai titre « le Rhinocéros », « Rhinocéros » a été une nouvelle avant d’être une pièce de théâtre. Publiée douze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle venait dénoncer avec tout son éclat littéraire la dérive insensée des comportements humains. Toutefois, la pièce, qui eut plus de succès, éclipsa ce petit bijou littéraire dans lequel Ionesco, impertinent et provocateur, se délecte à jouer avec la langue française. Usant d’un passé simple systématique qui accentue la tension à la fois tragique et loufoque de la pièce, l’auteur fait parler un seul personnage, Bérenger.

Passif mais lucide, ce dernier se lance dans le récit d’un phénomène nouveau et perturbateur : « la rhinocérite », métaphore de la montée du nazisme et de toutes les autres formes de totalitarisme. Un petit village sans histoire voit son équilibre se briser quand un rhinocéros traverse, de manière impromptue, la rue. Cet événement, bientôt sur toutes les lèvres, soulève l’indignation d’une population incrédule et donne l’occasion à d’absurdes débats (unicornuité ou bicornuité des rhinocéros ?!). Au fil des jours, le phénomène s’amplifie. Qui sont ces bêtes féroces ? D’où viennent-elles ? Autant de questions en suspens, qui trouvent une réponse surprenante en la mutation soudaine de Mr. Bœuf. Les personnages comprennent alors qu’une maladie contagieuse se propage dans le village, animalisant chaque humain. Tout le monde va y passer sauf Bérenger, seul survivant à cette « rhinocérite ».

Dates

  • 11/10/2012 / 45 Malesherbes

+ d'infos

« Bérenger raconte comment, progressivement, ses collègues, ses amis, se sont transformés en rhinocéros… « Voilà comment nous sommes devenus nazis » titrera la presse allemande à la création de la pièce à Düsseldorf et Jean- Louis Barrault parlera de « cauchemar burlesque » et de « Marx Brothers chez Kafka ». Mais si le succès de la pièce a quelque peu éclipsé la nouvelle, toute la fantaisie lucide et désespérée de Eugène Ionesco était déjà là, au service d’une démonstration par l’absurde de l’avènement du totalitarisme. » Jean-Marie Sirgue

La diffusion de ce spectacle par Seaart s’est arrêtée en juin 2014.

Liste artistique

  • Auteur Eugène Ionesco
    • Mise en scène Jean-Marie Sirgue (prix Oulmont de la Fondation de France)
      • Création du décor Régine Chourane, Marie Sirgue et Roberto Cedron
        • Création des costumes Caroline Gruer
          • Création sonore Gianni Gebbia
            • Création des lumières Martin Le Moal

Interprète(s)

Interprètes

  • Jean-Marie Sirgue

Liste Technique

Graphisme Jean Luneau

Production

Théâtre de la Fronde, Festival d'Almada, Portugal


Chargé(e) de diff

Sea Art

86 rue de l’école, 77720 Bréau

01 64 38 70 91/06 31 16 31 78
Courriel  -  Site internet



1 Commentaire

  • monique

    merci pour cette adaptation de la nouvelle, adaptation que j’ai vue hier soir. Je ne connaissais pas la nouvelle. Merci pour cette découverte. Je mettrai la video en lien sur mon blog la semaine prochaine

Faire un commentaire

*

Accès Abonnés


 

MOBILETAG

Rhinocéros, la nouvelle
bordcadreakiprod