Fukushima, terre des cerisiers

contemporains, nouveautés, Présence Pasteur, théâtre

Diffusez la vidéo de ce spectacle

Vendredi 11 mars 2011. Début d’après-midi, Fukushima, Japon. La terre tremble, la mer mugit, et c’est la catastrophe, nucléaire. Des bouts du ciel nous tombent sur la tête. Le corps de l’actrice immergé. Une performance remarquable, servie par une chorégraphie époustouflante, et des trouvailles techniques ingénieuses. Entre cerisiers en fleurs et césium 135, pour dénoncer la folie des hommes.

Dates

  • 07/07/2016 au 30/07/2016 / 84000 Avignon / Présence Pasteur / Tél : 07 82 90 08 21

+ d'infos

L’auteur Michael Ferrier vit à Tokyo où il enseigne les lettres à l’Université Chuo. Il était à Tokyo le 11 mars 2011, quand le séisme et le tsunami ravagèrent le Japon. Dans les semaines qui suivent, il part vers la zone interdite, rencontre les employés de la centrale de Fukushima et tente de cerner les causes et les responsabilités de la catastrophe nucléaire.

D’inspiration claudélienne, le texte de Michaël Ferrier oscille entre beauté et chaos, entre poésie et investigation. Comment le génie de l’homme se trouve remis en cause par la tectonique des plaques et engendre l’apocalypse.

Un spectacle en trois tableaux. Comme un haïku que l’on découvre vers après vers ou comme un éventail qui se déplie.

Liste artistique

  • Auteur Michaël Ferrier
    • Mise en scène Brigitte Mounier
      • Chorégraphie Antonia Vitti
        • Création des lumières Nicolas Bignan

Interprète(s)

Interprètes

  • Brigitte Mounier

Relations Presse

Frédérique Delbarre

06 83 25 75 59
Courriel

Partenaires

Ville de Grande-Synthe, Région des Hauts de France, Conseil général du Nord

Presse

  • Vendredi 11 mars 2011. Début d’après-midi. Fukushima. Japon. La terre tremble. La mer mugit. Et c’est la catastrophe, nucléaire. Fukushima, Terre des cerisiers raconte la descente aux enfers du peuple nippon. Largement inspiré du livre de Michaël Ferrier, Fukushima, Récit d’un désastre, le spectacle de Brigitte Mounier de la Compagnie des Mers du Nord, est à ne pas manquer. Mise en scène d'une catastrophe. Des trouvailles techniques ingénieuses. 1h15 seule en scène. Une performance d’actrice remarquable, servie par une chorégraphie époustouflante, composée par Antonia Vitti, partenaire de Carolyn Carlson. Un spectacle en trois tableaux. Comme un haïku que l’on découvre vers après vers. Ou comme un éventail qui se déplie. La Terre. La Mer. Le Ciel. Ou comment le monde devient fou. Baudelaire et Claudel se cassent la figure de la bibliothèque. Des bouts du ciel nous tombent sur la tête. Les murs tremblent. Le sol tremble. Tout est sens dessus dessous. Et la mer vient engloutir le tout. Comment montrer la vague haute de trois étages ? Comment montrer ce déferlement vertigineux : la vitesse d’un tsunami est de 360 km /h pour 1km d’eau ; à 5 km du rivage, les vagues sont encore à 800 km/h … à 500 mètres, c’est l’équivalent d’un TGV ( 250 km/h) qui se lance sur la plage… Comment montrer « les corps, les cris, la lente agonie (..) le bruit de l’eau (…) l’écharpe de boue, la strangulation liquide » les amas de voitures, de bateaux, de maisons, les objets, le verre, le bois, les métaux, toutes ces choses du quotidien des hommes entremêlées dans une danse stagnante et macabre. Comment ? Un aquarium, sur scène. Déroutant. Étonnant. Confondant. Le corps de l’actrice immergé montre tous ces cadavres à la dérive d’un déluge qui charrie êtres et choses dans son cortège boueux et funèbre. Entre poésie et crudité, entre douceur et violence, entre cerisiers en fleurs et césium 135, Brigitte Mounier évolue avec grâce et fermeté pour dénoncer la folie des hommes. Il faut lire le récit de Michaël Ferrier. Il faut courir voir le spectacle de Brigitte Mounier.
    XYZ, webmag, nov 2014



Comments are closed.

Accès Abonnés


 

MOBILETAG

Fukushima, terre des cerisiers
bordcadreakiprod